À l'Ouest rien de nouveau

2 notes &

New York : jour 2, retour dans le passé

Le mardi on se lève et on va directement prendre un petit-déjeuner complet (qui nous servira aussi de déjeuner pour qu’on ne perde pas de temps) chez IHOP, une chaîne spécialisée dans les breakfasts (d’où son nom complet International House of Pancakes). On en profite pour admirer les avions que l’on voit de très près dans le Queens, les aéroports de La Guardia et de JFK étant tout proches.

On va ensuite prendre le métro pour aller au Sud de Manhattan, à Battery Park, d’où on pourra ensuite prendre un bateau (réservé d’avance) pour Ellis Island. Les mesures de sécurité sont draconiennes, mais pas très étonnantes pour New York. Une fois sur l’île, on choisit de prendre l’audioguide et on fait le tour des expositions du bâtiment principal. Se retrouver dans ce lieu de passage mythique, première vision de l’Amérique pour des millions d’immigrés, est assez émouvant. Il y a quelques années j’avais fouillé le site web et trouvé des gens de ma famille parmi ces étrangers.

On apprend beaucoup de choses, la visite est très intéressante, surtout concernant le processus d’acceptation ou non des nouveaux arrivés. L’audioguide nous compte des histoires déchirantes de familles éclatées à cause d’un détail suspect (excroissance à un ongle, coupure au menton, etc.).

On reste plusieurs heures sur Ellis Island, puis mes pieds me rappellent douloureusement la journée de la veille. On hésite un peu puis on se décide à reprendre le bateau pour aller sur Liberty Island. Surprise, normalement le trajet habituel est Manhattan – Liberty Island – Ellis Island – Manhattan. Nous avions zappé au départ l’île de la Statue de la liberté parce qu’elle ne nous intéressait pas plus que ça, mais au final nous avions loupé notre coche ! Heureusement un agent du bateau accepte exceptionnellement que nous restions pour aller jusqu’à l’île de Lady Liberty.

Lorsque l’on arrive, l’heure maximale pour monter dans le piédestal n’est pas encore passée mais l’accès est déjà fermé. Pas grave, on prend là encore un audioguide et on fait le tour de l’îlot. On reste finalement bien 2 heures mais nous ne pourrons pas tout écouter, il est déjà temps de prendre le bateau du retour.

Là encore les informations livrées sont plus qu’intéressantes. On y apprend notamment que la statue était de couleur cuivrée à son installation (normal pour du bronze) et qu’il lui a fallu 20 ans avant de se patiner entièrement et de prendre cette couleur vert de gris. Autre anecdote, lors de l’inauguration de cette statue de femme représentant la liberté… seuls les hommes étaient autorisés à s’y rendre ! Mais les femmes ne se sont pas laissées faire, certaines d’entre elles ont loué des bateaux et fait tout le tour de l’île en protestant.

Lorsque nous revenons dans Manhattan, la journée a déjà bien avancé. Nous nous rendons au Rockfeller Center pour que Rémy puisse boire un café dans son enseigne américaine préférée, Blue Bottle Coffee. Alors que nous sommes encore dans le centre, une femme nous arrête et nous propose de faire partie du public à l’enregistrement du talk-show “Late Night with Seth Meyers" le soir même (le "Tonight Show Starring Jimmy Fallon" est déjà en cours de tournage, on entend les rires du public). On hésite une demi-seconde mais on dit non, on a super faim, on est épuisés et on ne doit pas tarder à rentrer pour attraper notre avion le lendemain matin. L’expérience doit être sympa mais le timing était mauvais, ça sera pour une prochaine fois, NBC !

À la place on s’est dirigé vers un magasin d’une chaîne qui nous avait bien manqué, Whole Foods Market, pour se servir au Salad Bar ! C’est bien crevés et les pieds en feu que l’on a ensuite repris le chemin du Queens pour s’écrouler dans notre lit. Bye Manhattan, notre passage aura été bien court et semé d’embûches, demain nous démarrons notre nouvelle vie direction Calgary !

Flo

Classé dans new york manhattan année au canada talk show Etats-Unis

0 notes &

Saison 2, épisode 1 : Québec

J’ai mis un peu de temps avant de me mettre à monter cette vidéo (en plus l’ordinateur que l’on a là est moins puissant que celui de Paris donc c’est un peu plus galère), mais la voilà ! On a retrouvé nos bonnes vieilles habitudes en réintégrant le générique !

Et les plus nostalgiques peuvent comparer avec la vidéo de Québec d’il y a deux ans.

Flo

Classé dans québec vidéo année au Canada

1 note &

New York : jour 1, grosse fatigue

À 3h30 le lundi 8 septembre on est déjà debout pour attraper notre avion direction New York City. Le vol, dans un avion express quasiment vide à l’exception de quelques hommes et femmes d’affaires, se passe bien, on assiste au lever du soleil. Vers 8h30 on arrive à l’aéroport de La Guardia, on prend un bus puis un métro pour Manhattan. On marche un moment pour trouver la consigne à bagages, CBH Luggage Storage, que l’on avait repéré sur Internet. On laisse nos deux valises à la gérante, qui est française, et on garde nos sacs lourds avec nous pour ne pas faire exploser notre budget “consigne” (qui n’était à la base pas prévu, merci Air Canada).

image

On se balade un peu dans le quartier, on passe revoir le Flatiron Building, puis on va rejoindre notre amie Maylis à son travail pour déjeuner ensemble dans un restau thaï, non loin de là. Dans l’après-midi notre but est d’aller à Columbia University et de retourner à Central Park. On commence par la marche mais on se rend bien compte que l’université est presque inaccessible par ce biais, les distances sont trop grandes, il y a des feux tous les 20 mètres, on doit piétiner pour éviter la foule et surtout nos sacs nous pèsent vraiment.

image

Non loin du parc on s’engouffre donc dans une bouche de métro. Manque de chance il y a un problème sur la ligne, on attend un long moment dans la chaleur étouffante. On doit faire 2 changements, les métros sont très longs à attendre, on trouve le moyen de se tromper de sens à un endroit. Bref, on met bien 2 heures à rejoindre l’université et on a définitivement une dent contre le réseau de transports new-yorkais (et globalement ceux nord-américains qui sont rarement bien foutus) !

image

Le campus de Columbia ressemble à ceux que l’on avaient déjà visité (Harvard et Berkeley), de grands bâtiments en pierre, des pelouses, des étudiants (forcément). Mais ici, le campus est éclaté en plusieurs morceaux pour laisser les voitures passer sur les routes qui mènent au cœur de Manhattan. Il est aussi moins grand que les autres facs que nous avons visité, par manque de place. Malheureusement pour visiter les bâtiments il faut une carte étudiante, on se promène donc juste en extérieur et devant les logements des fraternités.

image

image

image

image

image

On redescend ensuite pour se promener dans le nord de Central Park, la seule partie du parc que nous n’avions pas visité. On se pose auprès d’un étang sobrement appelé The Pool. On termine notre journée par The Reservoir (le lac artificiel du parc) qu’on avait beaucoup aimé il y a deux ans.

image

image

image

image

image

image

Là encore on fait une partie du retour à pied puis en métro pour récupérer nos valises, on court ensuite pendant 20 minutes avec tout ça pour retrouver Maylis, puis on rentre chez elle en métro et encore à pied. On mange des samoussas puis on s’écroule, morts de fatigue ! Cette journée aura vraiment été la plus éprouvante, d’ailleurs deux semaines après je boîte encore à cause des ampoules et je peux à peine poser le pied gauche à terre !

Flo

Classé dans new york New York City année au Canada Etats-Unis central park columbia university

0 notes &

Québec : jour 3, artisanat, nature et galère

C’est déjà notre dernier jour à Québec. On prend la route avant 10h pour aller à Saint-Nicolas, un quartier de Lévis (la ville en face de Québec, de l’autre côté du Saint-Laurent), d’où est originaire Sophie. Elle nous montre sa maison d’enfance, son école, etc. Puis on arrive à la ferme Genest. C’est dimanche et il y a des stands et des activités présentées à la ferme.

On goûte différents fromages à  poutine (aux herbes, barbecue…) et du brut de pommes pétillant. On va ensuite voir les lapins, les chèvres et les poules, puis se promener dans les champs de pommes et de citrouilles. Sur le terrain de jeux des enfants, on peut faire son propre bannock (un pain amérindien) pour 1 dollar. On a envie de tester, on enroule donc de la pâte au bout d’un gros bâton de bois puis on le fait cuire en le tournant au-dessus du feu. C’est plutôt bon, le goût se rapproche de celui d’une pâte à crêpes.

On se rend ensuite en face, à la cidrerie, où on peut goûter deux types de cidres de glace, un doux pétillant frais et peu alcoolisé, et un plus liquoreux. C’est ici que cet alcool a d’ailleurs été créé pour la première fois. Pour terminer notre courte dernière journée on va randonner un peu aux chutes de la Chaudière.

On rentre ensuite chez Sophie pour faire nos affaires et manger un bout, puis son copain et elle nous amènent à l’aéroport et ce sont déjà les au-revoir. Mais pas le temps de trop y penser, on se dépêche d’enregistrer nos bagages, de passer la sécurité et d’attendre notre avion. Comme deux ans auparavant, le 7 septembre, on atterrit à Montréal sans souci… jusque là mais le problème nous arrive rapidement droit dessus. Nous avions exactement une heure pour descendre de l’avion, traverser tout l’aéroport pour trouver notre porte, attendre patiemment à la douane américaine que notre tour arrive et monter dans l’avion suivant. Sauf que notre avion Québec – Montréal a mis près d’une demi-heure à nous faire débarquer. On a couru tout ce qu’on pouvait avec nos sacs lourds jusqu’à la douane, puis encore après cela. Mais trop tard, notre vol Montréal-New York ne nous a pas attendu, et une dizaine d’autres passagers sont dans le même cas que nous.

Tous les comptoirs d’Air Canada sont déserts, on parcourt désespérément l’aéroport à la recherche d’une solution. Finalement une cliente très énervée passe derrière un comptoir et utilise le téléphone de service pour leur demander de venir fissa. Quelques temps plus tard des agents arrivent. On est les premiers à être pris en charge, la dame nous annonce que tous les vols du soir même sont pris et qu’on peut prendre celui de 6h45 le lendemain. La mort dans l’âme on accepte, certains font comme nous, d’autres préfèrent attendre sur place au cas où une place se désisterait, et d’autres encore louent une voiture pour aller jusqu’à NYC par la route.

Air Canada nous loge dans un hôtel non loin de l’aéroport et nous donne des bons d’une vingtaine de dollars pour pouvoir dîner. L’hôtel, un Holiday Inn est plutôt pas mal mais on aura pas le temps de profiter de la piscine. Lorsque l’on y arrive, il est déjà près de 20h, on va tout de suite dîner puis se coucher en mettant le réveil à 3h30 pour la suite de nos aventures…

Flo

Classé dans Québec année au Canada Montréal

2 notes &

Québec : jour 2, à la découverte de l’île d’Orléans

Le réveil est matinal, à 6h on n’arrive déjà plus à dormir. On attend une heure décente puis on prend le petit déjeuner avec Sophie. Vers 11h, la mère de Sophie nous dépose sa voiture et on part tous les trois pour l’île d’Orléans, sur le fleuve Saint-Laurent. Il pleut, on achète une carte de l’île à l’Office de tourisme puis on s’abrite dans un kiosque en bois pour pique-niquer. Notre objectif : faire le tour de cette île de 256 km².

Le temps se dégage petit à petit et on profite vraiment de notre journée. Visites de confiturerie, de fromagerie et d’artisans en tout genre, on goûte à plein de produits locaux délicieux et même au premier fromage d’Amérique du Nord (le Paillasson, datant de 1635) ! C’est la saison des pommes, il y en a partout sur l’île, mais aussi des fraises, de la rhubarbe, des bleuets, etc. L’île d’Orléans c’est aussi de très belles plages de roches et de sable noir. On y découvre notre première cabane à sucre dans un cadre superbe, et on rencontre une famille de chats sauvages. 

Après 5h sur l’île on en a fait le tour complet (sans passer par l’intérieur) et on commence à avoir faim, on la quitte donc pour aller chez Ashton manger de la poutine et boire de la root beer. Plus tard dans la soirée on passe chez des amis de Sophie boire une bière, puis c’est déjà l’heure de se coucher, après un dernier câlin à Wikky le chat.

Flo

Classé dans Québec ile d'orléans année au Canada

0 notes &

Québec : jour 1, le grand départ

Le vendredi 5 septembre était notre dernier réveil en France avant un bon moment. À 9h notre avion décollait de Roissy direction Québec, la première étape de notre petit voyage jusqu’à Calgary, notre destination finale pour un an.

image

Nous sommes arrivés dans la capitale québécoise vers 10h heure locale. À peine le temps de descendre que nous passons la douane (il y a beaucoup moins de monde qu’à Montréal où nous avions attendus une heure avant de voir un agent, il y a deux ans). La personne qui nous reçoit est plutôt froide, mais elle nous envoie ensuite vers un agent d’immigration qui lui est adorable ! Il s’occupe de nous valider nos permis de travail. Nous voilà soulagés, on peut rester un an au Canada !

image

On récupère nos valises, et la première mini-galère survient. La dame de la douane a gribouillé quelque chose sur la déclaration de Rémy parce qu’il a annoncé transporter de la nourriture en cadeau, notamment de la pâte à spéculoos. Je suis invitée à sortir tandis que Rémy est retenu pour que l’on fouille sa valise. Bien évidemment ils ne trouvent rien de compromettant, mais ce contretemps dure bien 20 ou 30 minutes pendant lesquelles j’attends à la sortie de l’aéroport sans savoir quand et où Rémy va réapparaître (son téléphone ne capte plus à l’étranger, pas très pratique).

Ca me laisse le temps de prévenir tout le monde qu’on est bien arrivés, puis Rémy sort à son tour et nous partons prendre un taxi direction le travail de notre amie Sophie. On part fêter nos retrouvailles autour d’un burger puis on la laisse terminer sa journée pendant que nous prenons un bus vers le Vieux-Québec. On reconnaît immédiatement les rues et on se repère comme si nous avions quitté la ville la veille.

image

Après avoir salué le château Frontenac on va se poser dans un Tim Hortons. Nous n’avons pas dormi depuis une quarantaine d’heures, le décalage horaire nous désoriente, il fait très lourd et poisseux, c’est un peu difficile de profiter de l’instant à fond. On retourne voir Sophie puis on rentre chez elle, ensemble. À 21h on dort déjà profondément.

image

image

Flo

Classé dans Québec année au Canada

0 notes &

Expositions parisiennes : tatouages, Hawaï 60’s et l’Orient Express

Ces dernières semaines ont été très chargées. Pendant toute l’année j’ai rempli une liste “Août 2014” dans mon smartphone, où je marquais tout ce qu’il fallait / que je voulais faire avant de partir au Canada quand je ne travaillerai plus (en août, donc). Je pensais avoir pas mal de temps libre et au final pas du tout, entre les innombrables visites médicales, la paperasse à faire, tous les amis à voir et revoir, les contrats à annuler ou à souscrire, la famille à aller voir, etc, je n’ai fait que courir et la plupart des visites que je voulais faire (Giverny, Fontainebleau, Rambouillet, St Rémy, etc.) sont passées à la trappe.

Mais on a tout de même réussi à aller voir 3 expos ! Deux d’entre elles se trouvaient au musée du Quai Branly. J’ai trouvé la première, “Tatoueurs, tatoués”, intéressante pour ceux qui ne connaissent pas trop l’Histoire du tatouage (et les bouts de peaux tannés exposés sont impressionnants !). J’ai bien aimé aussi le petit documentaire sur les soldats français tatoués de la Première Guerre mondiale, et la phrase de la voix-off (de l’époque) disant que ces hommes qui ne voulaient surtout pas qu’on leur colle une étiquette ont fini par s’en coller eux-mêmes sur la peau.

                  Photos tirées du site du musée du Quai Branly

La partie de l’expo sur l’époque contemporaine reste par contre trop peu fouillée à mon goût, ça ne reflète pas vraiment la réalité, surtout pour les femmes (sur toutes les sculptures en silicone exposées, une seule représentait un corps de femme et ça restait dans les motifs classiques/clichés des fleurs). Un peu dommage donc mais c’est déjà un premier pas vers la démocratisation du tatouage. L’expo se termine le 18 octobre 2015 (d’après ce qu’il y a marqué sur le site mais je me demande si ça n’est pas plutôt 2014). Pour les moins de 26 ans, l’entrée est gratuite (ne faites pas la queue aux caisses, allez directement prendre votre billet aux machines).

Juste après on a enchaîné sur “Tiki Pop" que j’ai vraiment beaucoup aimé. Cette expo retrace les fantasmes que projetaient les américains sur les Mers du Sud (en particulier Hawaï) après la Seconde Guerre mondiale. L’esprit est donc très vacances exotiques dans les années 50-60, on y voit pas mal d’objets de l’époque inspirés de cette tendance, il y a même la reconstitution d’un Tiki bar ! On apprend pas mal de choses, notamment sur la cocktail music, ça met bien dans l’ambiance et c’est très sympa même si l’expo n’est pas très longue. Vous pouvez aller la voir jusqu’au 28 septembre 2014. Aloha!

                                                   Source

                                                     Source

Last but not least, je voulais la voir depuis son ouverture : “Il était une fois l’Orient Express”. J’ai toujours été fascinée par ce train (surtout grâce au “Crime de l’Orient Express” d’Agatha Christie). On a tenté une première fois de la voir un jeudi après-midi avec Rémy mais tout était complet, donc on a pris nos billets et on est revenus la semaine suivante. Même avec le billet en main, l’attente est looongue, une heure avant de pouvoir visiter les 4 wagons exposés. Et encore, le quatrième (les cuisines) était privatisé en vue d’une soirée, pas de chance ! Les trois autres comportent respectivement : des suites et l’espace restaurant, des chambres, et un salon (celui où Hercule Poirot réunit les passagers dans le livre).

On suit une guide et on est obligés de passer vite mais c’est vraiment agréable de pouvoir voir ces wagons historiques ainsi que les effets personnels de nombreux passagers de marque (Joséphine Baker, Mata-Hari, Pierre Loti, Agatha Christie, etc). La suite de l’expo se fait à l’intérieur de l’Institut du monde arabe, on y voit des plans, des affiches, des peintures, tout ce qui se rapporte au train mythique. On fait le tour rapidement, on aura finalement attendu plus longtemps que n’a duré la visite mais c’était quand même quelque chose de pouvoir rentrer dans l’Orient Express. L’exposition s’est terminée le 31 août malheureusement si vous n’avez pas eu le temps d’aller la voir.

Flo

Classé dans expositions paris orient express tatoueurs tatoués tiki pop hawaï quai branly institut du monde arabe france

0 notes &

Calgary en bonne place !

Je suis tombée récemment sur deux classements où la ville de Calgary apparaît en bonne place.

Le premier, mené par le journal The Economist, concerne les meilleurs endroits où vivre au monde, et notre future ville occupe la 5ème place, après Melbourne, Vienne, Vancouver et Toronto ! Les critères étudiés dans ce classement concernent diverses préoccupations comme l’éducation, les soins de santé, la sécurité, les infrastructures, l’environnement, etc.

image

L’autre étude me paraît un peu moins sérieuse, elle est parue dans un magazine en ligne qui s’appelle MBC Times (je ne connais pas du tout), et sacre Calgary ville la plus propre au monde. Par propre, ils entendent qui respecte l’environnement. Les critères étudiés sont : traitement des déchets, trafic routier, pollution de l’air, etc.

image

                                                   Source

D’après le magazine, la ville est écolo, possède une eau pure, utilise principalement (à 75 %) des énergies renouvelables, met l’accent sur le recyclage, etc. J’avoue que je ne sais pas du tout si c’est vrai, j’avais une image différente de la capitale canadienne du pétrole. En tout cas, beaucoup de commentateurs ont compris le mot “propre” dans le sens littéral et se sont insurgés du fait qu’au contraire il y a des détritus sur les trottoirs de Calgary !

Sinon, nos préparatifs sont stressants mais ils avancent. Nous avons signé un bail de 3 mois pour un meublé en centre-ville histoire d’avoir tout de suite un endroit à nous sans passer par la case Airbnb et sans pour autant s’engager pour un an avec un appart’ que nous n’avons vu qu’en photo et vidéo. Celles-ci sont en tout cas engageantes, espérons qu’elles soient aussi contractuelles, réponse dans quelques jours ! Et nous avons souscrit nos assurances santé, résilié des abonnements, payé nos ESTA, fait le plein de médicaments, etc. ! On part dans une semaine tout juste et on commence enfin à être prêts !

image

                                                      Source

Flo

Classé dans année au Canada Calgary classements préparatifs

0 notes &

Voici la vidéo de nos 3 jours à Hyères et Porquerolles. Cette fois-ci elle n’a pas été mise en ligne sur Vimeo car la plateforme l’a refusé à cause de la musique, du coup elle est visible sur Youtube, dans une qualité un peu plus décevante mais bon j’espère que cela vous plaira quand même !

Flo

P.S. : Pour voir la vidéo dans la meilleure qualité possible, arrêtez-la, cliquez sur la molette puis sur “1080p HD” et relancez-la.

Classé dans hyères porquerolles france gopro vidéo